FARGO

fargo
« J’aime les nuages… Les nuages qui passent… là-bas… là bas… Les merveilleux nuages ! »


« I love the clouds … the clouds passing … there … there … The wonderful clouds ! »

(Baudelaire – L’Etranger)

CHERCHE MIDI

cherche midi
« Le soleil accable la ville de sa lumière droite et terrible ; le sable est éblouissant et la mer miroite. Le monde stupéfié s’affaisse et fait la sieste, mort savoureuse où le dormeur, à demi éveillé goûte les voluptés de son anéantissement. »


« The sun crushes the city under its direct and terrible light ; the sand is dazzling and the sea is shimmering. The stupefied world drops and is having a nap, a savory death in which the sleeper, half awake, tastes the exquisite pleasures of his own annihilation. »

(Baudelaire – La belle Dorothée)

LE BAISER

le baiser
« Quand je mordille dans tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs ».


« When I nibble at your elastic and unruly hair, it seems to me that I am eating memories ».

(Baudelaire – Un hémisphère dans une chevelure – de F du M)

CARPE DIEM

Sculpture Renata Senso Carpe Diem
« Pour n’être pas les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise ! »


« Not to be martyred slaves of time, get drunk !
Get drunk incessantly on wine, poetry, virtue, whatever ! »

(Baudelaire – Enivrez-vous)

GUERRIERE – MARIANNE

guerriere
« Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m’ouvrent la porte
D’un Infini que j’aime et n’ai jamais connu ?

De Satan ou de Dieu, qu’importe ? Ange ou Sirène,
Qu’importe, si tu rends, – fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! –
L’univers moins hideux et les instants moins lourds ? »


« Whether you come from heaven or hell, whatever,
O Beauty! Huge monster, scary, ingenuous!
If your eye, your mouse, your foot, open the door
Of an Infinite that I love and have never known?

Satan or God, what does it matter? Angel or Mermaid,
What does it matter, if you render, – fairy with velvet eyes,
Rhythm, perfume, glow, O my only queen! –
The less ugly world and the less heavy moments? »

(Baudelaire – Hymne à la beauté)

PIETA

pieta
La Sainte Vierge se penche vers le Christ peu de temps après sa descente
de croix.
Le voile gonflé de Marie, évoque un souffle de vie…


The Blessed Virgin leans towards Christ, shortly after his descent from
the cross.
The inflated veil of Mary, evokes a breath of life …

LOOKING FOR OCEAN DRIVE

looking for ocean drive
« Parcourir à loisir ses magnifiques formes ;
Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
Et parfois en été, quand les soleils malsains,
Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
Comme un hameau paisible au pied d’une montagne. »


« Scaling the slopes of her enormous knees,
to saunter through the landscape of her lap,
and when the fetid summers made her stretch
herself across the countryside, to sleep
untroubled in the shadow of her breasts
like a peaceful village at the mountain’s base. »

(Baudelaire – La Géante)

IRIS

iris
« Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ;
J’unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris. »


« With snow for flesh, with ice for heart,
I sit on High, an unguessed sphinx
Begrudging acts that alter forms ;
I never laugh – and never weep. »

(Baudelaire – La Beauté)

ROCKING CHAIR

Sculpture Rocking Chair
Fruit jubilatoire des amours d’Hermès et d’Aphrodite.
Le miroir reflète, en creux, le visage du sujet.


Jubilant fruit of loves of Hermès and Aphrodite.
The mirror reflects, hollow, the face of the subject.

ZENITH

zenith
« Dans l’océan de ta chevelure, j’entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d’hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l’éternelle chaleur.  »


« In the ocean of your hair, I can see a harbor teeming with melancholy
songs, vigorous men of all nations, and ships of all shapes carving their
fine and complicated architectures against an immense sky where the
eternal warmth is lounging. « 

(Baudelaire – Un hémisphère dans une chevelure – de F du M)